La rénovation d’une façade en enduit à la chaux est un art ancien qui a su traverser les âges sans prendre une ride. Si bien réalisée, elle donne au bâti ancien un aspect à la fois esthétique et protecteur. Alors, chers néophytes, comment réussir cet exploit ? Quelles sont les meilleures pratiques pour la rénovation d’une façade en enduit à la chaux ? Suivez le guide.

Le choix de la chaux : hydraulique ou aérienne ?

Avant tout, il faut choisir la chaux adaptée à votre projet. Il existe deux types principaux : la chaux hydraulique et la chaux aérienne. Comment se décider ?

La chaux hydraulique est appréciée pour sa résistance à l’eau et sa rapidité de séchage. Elle convient parfaitement pour des murs exposés à l’humidité ou pour une mise en œuvre rapide.

En revanche, la chaux aérienne est plus adaptée pour la rénovation des façades de bâti ancien. Elle est plus flexible, ce qui permet de mieux accompagner les mouvements du support. Elle est également plus perméable à la vapeur d’eau, ce qui favorise l’évaporation de l’humidité du mur.

La préparation de l’enduit : une étape cruciale

La préparation de l’enduit est tout aussi importante que le choix de la chaux. L’enduit doit être composé de chaux, de sable et d’eau. Le sable est un élément essentiel car il apporte de la matière à l’enduit et favorise son adhérence sur le support.

Il est important de bien doser ces trois ingrédients. Généralement, pour un sac de chaux de 35 kg, on recommande l’utilisation de 50 à 70 kg de sable et de 15 à 20 litres d’eau.

Il existe également des enduits prêts à l’emploi qui peuvent être une alternative intéressante pour les personnes moins à l’aise avec le dosage.

L’application de l’enduit : l’art du geste

L’application de l’enduit constitue l’étape la plus délicate. Il faut tout d’abord préparer le support : le mur doit être propre, débarrassé de l’ancien enduit ou de la peinture, et humidifié.

L’enduit est ensuite appliqué en deux couches : le corps d’enduit, qui sert à uniformiser la surface, et la finition.

Le corps d’enduit, composé de chaux et de sable, est généralement appliqué à la truelle. Il faut veiller à bien le faire pénétrer dans le support et à le lisser pour obtenir une surface homogène.

La finition, quant à elle, est réalisée avec un enduit plus fin, souvent composé de chaux et de chaux-chanvre. Elle est appliquée à la taloche et doit être parfaitement lisse pour un rendu esthétique.

La protection de la façade : une nécessité

Une fois l’enduit en place, il faut veiller à sa protection. En effet, la chaux est un matériau sensible aux intempéries et doit être protégée des pluies, du vent, du gel…

Pour cela, on peut appliquer un badigeon de chaux ou une peinture minérale. Ces produits permettent de créer une couche de protection imperméable qui préserve l’enduit des agressions extérieures tout en laissant respirer le mur.

En conclusion, la rénovation d’une façade en enduit à la chaux demande un savoir-faire précis et la maîtrise de plusieurs étapes : le choix de la chaux, la préparation de l’enduit, son application et la protection de la façade. Mais le jeu en vaut la chandelle : une façade bien rénovée est un véritable atout pour un bâti ancien. Alors, prêts à vous lancer ?